Étudiantes et étudiants au doctorat (Ph.D)

Elmira Peyghami

Elmira Peyghami

Elmira est étudiante au doctorat en éducation, sociétés, cultures et langues à l’université d’Ottawa, elle détient une maitrise en didactique de la langue française et un bac en traduction du français et une attestation du programme court d’approfondissement d’anglais. Elle a aussi obtenu son permis d’enseigner du ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur du Québec. Elle possède plus de 9 ans d’expérience en enseignement du français langue étrangère dans les instituts et les écoles et aussi une université en Iran ainsi qu’en programme d’immersion de FLS dans une école de langues et une école primaire à Montréal. Elle a une bonne connaissance des six niveaux des activités communicatives langagières du CECRL, dû à son mémoire de maitrise, ainsi qu’une bonne expérience en enseignement dans les cours préparatoires des examens «  TEF,TCF, TFI, DELF et DALF ».

Son intérêt de rechercher porte sur l’intégration des technologies de l’information et de la communication en enseignement et apprentissage du français langue seconde dans les programmes d’immersion du français pour les nouveaux arrivants.

Publication

Peyghami,E. (2012). Étude des deux activités communicatives langagières du Cadre européen commun de référence dans les cours du FLE en Iran, Journal de Roshd FLT103, V.26, p.56-64

Sshelina Adatia

Shelina Adatia

Shelina Adatia is a first-year Ph.D. in Education candidate in Societies, Cultures and Languages. Her research will focus on the inclusion of English Language Learners (ELLs) in Ontario French Immersion classrooms.

Marie-Pier Bastien

Marie-Pier Bastien

Marie Pier détient deux baccalauréats, dont un en activité physique et l’autre en éducation. Ayant décidé de poursuivre la recherche en sciences sociales, elle vient de terminer sa maîtrise en éducation et de commencer son doctorat. Dans la continuité de ses travaux de maîtrise, sa thèse portera sur les jeunes élèves hispanophones.

Marie-Pier est candidate au doctorat à la Faculté d'éducation à l'Université d'Ottawa. Elle détient une maitrise en éducation avec spécialisation en société, culture et littératies (Université d'Ottawa) et possède plus de 5 ans d'expérience en enseignement.

Ses travaux actuels, sous la direction de Carole Fleuret, portent sur l'acquisition de la langue de scolarisation chez des élèves hispanophones scolarisés en français. Elle s'intéresse aussi à la socialisation à l'écrit et à l'influence des pratiques de littératie familiales chez des populations à risque.

Nancy Crépeau

Nancy Crépreau

Nancy Crépeau détient un baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire et une maîtrise en éducation dont le sujet est en lien avec les stratégies de lecture d’étudiants autochtones en début de formation universitaire. Elle s’est impliquée dans le domaine de l’éducation pendant près d’une dizaine d’années à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, comme conseillère au soutien pédagogique, agente de recherche, chargée de cours, coordonnatrice de services et responsable du recrutement d’étudiants autochtones.

Elle est présentement doctorante en éducation à l’Université d’Ottawa; elle s’intéresse particulièrement à l’apprentissage de la lecture chez les enfants issus des Premières Nations scolarisés en français au sein de communautés algonquines, par la valorisation de leur langue d’origine.

Marianana Dominguez

 Domínguez Mariana

Mariana Domínguez détient une maîtrise ès arts en linguistique appliquée et un baccalauréat ès arts en communication. Elle a enseigné l’anglais comme langue seconde et l’espagnol comme langue étrangère pendant plus de dix ans. Elle a également travaillé comme conceptrice d’ateliers indépendante pour le Programa de Desarrollo Cultural Maya (programme de développement culturel maya) au Yucatán, en créant et en assurant la coordination d’une série d’ateliers visant la formation de nouvelles générations de bilingues maya-espagnol grâce à l’utilisation des nouvelles technologies et des médias de masse.

Plus récemment, elle a collaboré avec le Consortium in Latin American and Caribbean Studies of the University of North Carolina at Chapel Hill and Duke University, en coordonnant un programme d’été maya yucateco pour étudiants diplômés. Ses intérêts de recherche portent sur l’éducation bilingue, la pédagogie des langues indigènes, la formation des enseignants de langues et le développement de la littératie scolaire. Elle commence actuellement son doctorat en éducation à l’Université d’Ottawa, dans la concentration Sociétés, cultures et langues.

Taciana de Lira e Silva

Taciana de Lira e Silva

Taciana est candidate au doctorat à la faculté d’éducation dans la concentration Sociétés, cultures et langues à l’Université d’Ottawa. Elle possède une M. Éd. en éducation interculturelle de l’université Queen, une maîtrise en sciences de l’enseignement de SUNY Potsdam et un doctorat en sciences juridiques de l’université fédérale de Pernambuco (Brésil). Elle est enseignante du programme de français de base au niveau élémentaire depuis huit ans et elle a intégré une approche culturelle à sa pratique.

En janvier 2017, elle a présenté à la conférence ICSEI et a parlé de l’éducation interculturelle dans la classe de français langue seconde. Pendant l’année scolaire 2016-2017, avec l’appui de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario, elle a mené une recherche auprès de ses élèves de cinquième et sixième année afin d’examiner les façons permettant de développer la connaissance et l’acceptation du multiculturalisme chez les étudiants de cycle moyen dans la classe de français de base. Ses recherches portent sur les nouveaux arrivants et la citoyenneté mondiale dans la classe de langue seconde.

Zinat Goodarzi

Zinat Goodarzi

Zinat détient une maîtrise en éducation (anglais) et une autre en linguistique appliquée. Elle a plus de 15 ans d'expérience en enseignement de l'anglais en contextes universitaire et post-secondaire au Canada et à l'étranger.

Depuis 2014, elle a enseigné comme un instructeur de langue à temps partiel dans le programme intensif d’anglais à l'Université d'Ottawa. Elle est aussi évaluatrice certifiée par le Canadian Language Benchmarks.

Zinat est actuellement candidate au doctorat dans la Faculté d'éducation à l'Université d'Ottawa. Sa recherche se concentre sur l’écriture académique et sur l'identité de chercheur à l’enseignement supérieur.

Holmes Kelly

Kelly Holmes est une étudiante en première année de doctorat qui espère se pencher sur les apprenants adultes de l’anglais au Canada. Plus particulièrement, Kelly souhaite explorer les curriculums disponibles et les avenues administratives qui facilitent la transition des étudiants entre l’apprentissage informel de la langue et les études formelles secondaires et postsecondaires. Cela comprend des discussions sur la citoyenneté, la politique en matière de langues, l’administration et la pédagogie critique des curriculums de l’anglais comme langue seconde.

Kelly possède beaucoup d’expérience administrative dans des institutions postsecondaires et espère pouvoir fournir des cadres de recherche pratiques pour solutionner des enjeux administratifs actuels.

Angela Joncy Juliet

Angela Joncy Juliet

Je suis une étudiante en deuxième année du doctorat en éducation, concentration Langues, cultures et sociétés, à l’Université d’Ottawa. Je détiens une maîtrise ès arts en littérature anglaise du collège Stella Maris en Inde et une maîtrise en philosophie en enseignement de l’anglais de l’université Hindustan en Inde.

Je suis enseignante de l’anglais langue seconde depuis 2013. Je m’intéresse à l’intégration des technologies mobiles dans les cours de langues, et plus particulièrement aux pratiques des apprenants et aux défis pédagogiques résultant de la conception de tâches qui sont appropriées à la valeur des appareils utilisés, aux approches pédagogiques en enseignement de l’anglais, aux stratégies d’apprentissage et à la théorie de la complexité.

Farzaneh Salehi Kahrizsangi

Farzaneh Salehi Kahrizsangi

Farzaneh est étudiante au doctorat dans la concentration Enseignement et Apprentissage à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa. Elle a plusieurs années d’expérience en enseignement dans diverses universités ou instituts de langues en Iran.

Elle détient un baccalauréat en littérature anglaise et une maîtrise en enseignement de l’anglais. Ses intérêts de recherche portent sur l’enseignement de l’anglais comme langue étrangère ou seconde ainsi que sur la compréhension de métaphores et herméneutiques.

Mimi Masson

Mimi Masson

Mimi est doctorante au programme d’Enseignement des Langues et des Littératies (Language and Literacies Education) au Département du Curriculum, de l’Enseignement et de l’Apprentissage (Curriculum, Teaching and Learning) à l’université de Toronto (OISE). Ses recherches sont axées sur l’identité des professeurs de langue, les réseaux d’apprentissage collaboratif, les pratiques de recherches fondées sur les arts et l’apprentissage assisté par la technologie.

Mimi Masson a quitté la France à l’âge de six ans pour venir vivre au Canada. Elle a grandi à Toronto, puis a été professeure de langue au Japon pendant dix ans. Elle parle le français, l’anglais, l’espagnol et le japonais. Mimi a reçu deux Masters de France (Université de Dijon et Université de Grenoble III) en Enseignement du français langue étrangère.

Sa recherche de thèse explore comment les réseaux d’apprentissage professionnel peuvent aider les enseignants de français langue seconde (FLS) canadiens à développer des liens, une communauté de soutien, leur identité professionnelle et leur capacité de leader.

En 2017, Mimi a gagné le prix CRSH J’ai Une Histoire à Raconter en reconnaissance pour ses contributions au contexte éducationnel du FLS au Canada. Regarder la vidéo :

Marie-Phillip Mathieu

Marie-Phillip Mathieu

Marie-Philip détient un baccalauréat en traduction et une maîtrise ès arts en espagnol de l’Université d’Ottawa. Dans le cadre de son doctorat, sous la direction de la professeure Carole Fleuret, elle s’intéresse au rôle du transfert dans l’acquisition du français comme langue seconde par les hispanophones. Marie-Philip enseigne également l’espagnol à la Universidad autónoma de México à Hull.

Marie-Carène Pierre René

Marie-Carène Pierre René

Marie-Carène Pierre René est  candidate au doctorat à l’Université d’Ottawa. Elle se spécialise en didactique des langues secondes auprès des nouveaux arrivés, principalement avec les élèves issus de l’immigration. Plus précisément elle utilise la théorie critique de la race (critical race theory) afin d'examiner les problèmes entourant la « race » et le racisme.

Marie-Carène détient un baccalauréat en sciences sociales avec spécialisation en développement international et mondialisation, une concentration en psychologie et une maîtrise en éducation avec spécialisation en société, culture et littératies de l’Université d’Ottawa.

Romero Gloria

Gloria est une étudiante au doctorat en éducation des langues secondes de l'Université d'Ottawa. Elle enseigne l'anglais et forme des enseignants de l'anglais depuis 20 ans au Chili. Elle possède une maîtrise en linguistique appliquée (Pontificia Universidad Catolica de Chile) et une maîtrise en éducation des langues secondes (Université d'Ottawa).

Elle s'intéresse à l'enseignement bénévole, l'équité en éducation des langues secondes, les expériences des enseignants novices de langues secondes, l'éducation des langues secondes à l'international, les communautés de pratique, et la mobilisation des connaissances par l'entremise de communautés de pratique en ligne.

Alireza- Sobhanmanesh

Alireza Sobhnanmanesh

Alireza Sobhanmanesh est candidat au doctorat à la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa et membre de faculté à temps partiel dans le programme English Language Learning (ELL) du collège Centennial à Toronto (Ontario).

Son projet de thèse porte sur la motivation des étudiants internationaux inscrits dans le programme ELL au collège Centennial. Il s'intéresse aussi à l'implication des apprenants et des enseignants dans les programmes d'apprentissage de langues, aux émotions liées à l'apprentissage des langues, à l'effet de l'environnement d'apprentissage sur l'apprentissage des langues, à la théorie de la complexité et à la recherche-action participative.

Gene Vasilopoulos

Gene est candidate au doctorat à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa. Elle possède plus de dix ans d’expérience en enseignement de l’anglais et en enseignement de l’anglais avec objectifs scolaires dans des institutions postsecondaires au Canada et à l’étranger. Plus récemment, son enseignement et ses recherches se concentrent sur l’éducation internationale au Canada.

Ses projets actuels comprennent les étudiants internationaux et la pédagogie de la rédaction universitaire dans des programmes de transition, et l’effet des études à l’étranger sur le développement professionnel des enseignants de l’anglais comme langue étrangère. Ses publications ont figuré dans le Journal of Language, Identity and Education, dans le Journal of International Students, ainsi que dans la Revue canadienne des jeunes chercheurs en éducation.

Julie Vaudrin Charrette

Julie Vaudrin-Charette

Julie Vaudrin-Charette est candidate au doctorat en éducation à l'Université d'Ottawa, et conseillère pédagogique au Cégep de l’Outaouais.

Ses travaux de recherche portent sur l’autochtonisation de l’éducation et les liens avec l’éducation interculturelle et citoyenne. Elle a contribué à de nombreuses conférences sur ces questions, incluant ICEL, WIPCE, BCEI.

Étudiantes et étudiants à la maîtrise (M.A)

Mohammad Alavi

Mohammad Alavi

Mohammad Alavi est professeur d’allemand à temps partiel à l’Université d’Ottawa. Il détient un doctorat en traduction dont la thèse portait sur la traduction de la modernité dans la société postrévolutionnaire de l’Iran. Il s’est inspiré de la théorie des systèmes herméneutiques et religieux pour étudier l’interaction entre les systèmes religieux et politiques de l’Iran dans la société postrévolutionnaire. Il a publié des articles sur la traduction de l’islam et de la modernité en Iran. Il s’intéresse particulièrement à la théorie de la traduction, la sociologie de la traduction, la traduction de l’islam et la traduction de la modernité dans les sociétés islamiques.

Il poursuit actuellement une maîtrise ès arts en éducation des langues secondes. Dans le domaine de l’éducation, il s’intéresse à l’utilisation de la pensée systémique pour mieux comprendre et expliquer l’acquisition des langues secondes sur le plan individuel, mais aussi sur le plan collectif, comme par exemple dans des salles de classe. Ses champs d’intérêt comprennent la sociologie de l’éducation et la théorie des systèmes de développement d’une langue seconde.

Amanda Cloutier

Amanda Cloutier

Amanda en est à sa deuxième année de maîtrise ès arts en éducation. Elle s’intéresse à la façon dont les directeurs d’école appuient les enseignants du français langue seconde (FLS) et à l’influence des expériences et des connaissances en FLS des directeurs sur cet appui. En 2015, elle a terminé son baccalauréat en éducation à Nipissing University. Lorsqu’elle ne travaille pas sur sa thèse, Amanda enseigne le français et les mathématiques à l’école intermédiaire et secondaire. Elle est également directrice de programme du Camp Tournesol, le plus grand camp de français de la grande région de Toronto.

Lesya Granger

Lesya Granger

En tant que coordinatrice du Programme des langues internationales du Conseil des Écoles Catholiques du Centre-Est (CECCE), Lesya Alexandra Granger travaille avec plus de 400 enseignants et instructeurs de langues qui enseignent plus de 23 langues à 4000 étudiants du primaire et à 200 étudiants du secondaire.

Ses recherches portent sur les approches plurilingues en éducation des langues secondes. En collaboration avec d’autres chercheurs et avec le ministère de l’Éducation de l’Ontario, Lesya conçoit des curriculums et des politiques relatifs à l’éducation des langues internationales et des langues d’origine. Lesya poursuit actuellement sa maîtrise ès arts à la faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa.

Louise Larouche

Louise Larouche

Louise Larouche détient un baccalauréat en littératures française et québécoise ainsi qu’un baccalauréat en éducation. Elle œuvre dans le milieu scolaire depuis 2001 en tant qu’enseignante, mais aussi en tant que conseillère pédagogique. Actuellement à la maitrise en éducation dans la concentration « Société, cultures et langues », sa recherche s’intéresse à l’enseignement du français dans les écoles francophones de l’Ontario, particulièrement en enseignement grammatical.

Sa recherche, empruntant à la fois des méthodes de type qualitatif et de type quantitatif, vise à documenter les pratiques déclarées d’enseignants de français de l’intermédiaire, travaillant dans les écoles de langue française de l’Ontario, relativement aux approches préconisées en grammaire nouvelle et au regard de leurs connaissances métalangagières et métalinguistiques. Par l’entremise de cette recherche, elle tente également de documenter la façon dont les enseignants tiennent compte, dans leurs pratiques pédagogiques en enseignement du français, de la diversité linguistique, caractéristique à la population scolaire en Ontario.

Louise s’intéresse particulièrement aux milieux minoritaire, multiethnique et plurilingue, ainsi qu’à la langue de scolarisation. Elle donne de la formation en enseignement du français, particulièrement en grammaire nouvelle, et s’applique à contextualiser son enseignement aux apprenants pour qui le français est une langue seconde et une langue de scolarisation

Nicholas Faubert

Nicholas Faubert détient un baccalauréat en administration publique et en lettres françaises. Il débute une maîtrise en éducation dans la concentration Leadership, évaluation, programmes et politiques éducationnelles. Il a fait partie du programme de mentorat régional de l’Université d’Ottawa pendant trois ans. Ses intérêts de recherche sont donc particulièrement liés à l’expérience étudiante en première année universitaire chez les étudiants provenant de régions francophones minoritaires.

Maryam Jabbari

Maryam Jabbari

Étudiante au post-doctorat

Titulaire d’un Doctorat en science du langage décerné par l’Université Paris V (Sorbonne), ainsi que d’une Maîtrise en littérature française et d’une Maîtrise en didactique de français langue seconde à l’Université Nancy II.

Afin de me familiariser avec les méthodes d’enseignement privilégiées au Canada, j’ai éga­lement suivi le microprogramme de formation à l’enseignement postsecondaire et le programme d’études supérieures spécialisées en éducation (DESS) à l’Université de Montréal. En même temps, j’ai officié à titre de chercheuse en éducation et j’ai travaillé au Département de psycho­péda­gogie et d’andragogie de l’Université de Montréal. De 2014 à 2016, j’ai enseigné FLS au Collège algonquin et aux employés de gouvernement fédéral à l’École de la fonction publique du Canada.

Actuellement, je suis pro­fesseure à temps partiel à l’Université d’Ottawa à la Faculté d’éducation et je suis chercheuse postdoctorale (CRSH) ; je travaille sous la direction de Madame Carole Fleuret, professeure à la Faculté d’éducation.

Actuellement, je travaille en tant que coordinatrice  sur le projet de recherche de Carole Fleuret et de Nathalie Auger (CRSH) qui vise à comparer deux sites l’Ontario et le Languedoc-Roussillon, relativement aux pratiques pédagogiques mises en place par les enseignants en contexte de diversité ethnolinguistique. Nos objectifs sont les suivants :

  1. décrire les pratiques pédagogiques initiales des enseignants sur les deux sites,
  2. former les enseignants à l’approche interculturelle et à la littérature de jeunesse,
  3. mettre en place des dispositifs pédagogiques au regard de l’objectif 2 ;
  4. mesurer l’effet de ses dispositifs sur les connaissances des élèves en français L2,
  5. mesurer l’effet de ce renouveau pédagogique chez les enseignants.

L’échantillon sera intentionnel et consistera en deux classes d’élèves du premier cycle du primaire, soit des élèves en actualisation linguistique du français pour l’Ontario (ALF) et des élèves nouvellement arrivés pour le Languedoc-Roussillon (ENA). Deux classes d’élèves constitueront le groupe expérimental et deux autres classes, le groupe contrôle (sur les deux sites).

Étudiants affiliés